• Bonjour à tous

    En te levant le matin  rappelle toi combien  précieux est le privilège de vivre ,de respirer d'être heureux

    Bonjour à tous

  • QUI de nous ne s’est émerveillé par une nuit claire du spectacle des astres qui brillent dans le firmament ? Sauriez-​vous reconnaître quelques étoiles ou les principales constellations ? Ou bien avez-​vous renoncé à vous y retrouver dans cet amas apparemment confus de points lumineux qui scintillent dans le ciel nocturne ?

     Le déplacement des étoiles sur la voûte céleste rend la tâche plus compliquée que lorsqu’on prend des repères au sol ; néanmoins leur mouvement apparent durant la nuit et tout au long de l’année est régulier. Il s’explique par la rotation de la terre autour de son axe ainsi que par sa révolution autour du soleil.

     Vous plairait-​il d’apprendre à reconnaître quelques étoiles et à les identifier ? Dans l’hémisphère nord le mieux est de commencer par la Grande Ourse ; elle se reconnaît par groupe de sept étoiles bien visibles qui ressemble à une casserole dont le manche incurvé serait dessiné par trois étoiles, tandis que les quatre autres formeraient le récipient proprement dit. On appelle aussi ce groupe le Grand Chariot, nom approprié si l’on en juge par la figure que forment ces astres.

     Sur la voûte céleste les étoiles se groupent en constellations décrites depuis la plus haute antiquité sous forme de personnages, d’animaux ou d’objets. Par exemple, comme nous l’avons vu, le “Grand Chariot” fait partie de la “Grande Ourse” ou “Ursa Major”. Les astronomes divisent ainsi le ciel en quatre-vingt-huit constellations dont un profane distingue près de la moitié.

    Bien que cela semble difficile à première vue, quelques minutes suffisent pour identifier en deux ou trois soirées la plupart des étoiles et des constellations représentées sur une carte du ciel. Puisque c’est très simple, voulez-​vous essayer ?

    Le ciel d'été

    Nous allons commencer par trouver l’étoile polaire à partir de la Grande Ourse. Cherchons d’abord la Grande Ourse vers le nord par une claire nuit de printemps, d’été ou d’automne.

    Tracez à présent une ligne imaginaire entre 2 et 1 et prolongez-​la de cinq fois sa longueur ; vous trouverez alors l’étoile polaire dans la constellation de la Petite Ourse (le Petit Chariot). De cette étoile polaire vous reconstituerez par symétrie le contour du Petit Chariot. À l’opposé de la Grande Ourse par rapport à la Polaire, et sensiblement à la même distance angulaire, se trouvent cinq étoiles brillantes qui forment un “W” très ouvert ; c’est Cassiopée.

    Un soir il sera intéressant de regarder ces trois constellations pendant quelques heures. En raison de la rotation de la terre sur elle-​même, vous verrez la Petite Ourse s’incliner autour de l’axe formé par sa queue, et la Grande Ourse et Cassiopée tourner autour de la Polaire en sens inverse des aiguilles d’une montre.

    Si c’est l’été, la Grande Ourse, queue en l’air, se trouvera à l’ouest de la Polaire et elle vous indiquera un autre chemin dans le ciel, en prolongeant de sa longueur la queue incurvée, vous arriverez à une belle étoile de teinte orange. Arcturus, dans la constellation du Bouvier. Prolongez toujours votre ligne courbe et vous trouverez une étoile isolée et brillante, symétrique par rapport à Arcturus : l’Épi, dans la constellation de la Vierge.

    Revenons à présent à la Grande Ourse et traçons par les étoiles 1 et 4 une droite qui passe par Arcturus. En la prolongeant assez haut dans le ciel on découvre la magnifique constellation du Scorpion et une étoile supergéante rouge au centre : Antarès. Cette constellation se prolonge vers le sud par une longue queue recourbée à son extrémité, aussi la compare-​t-​on souvent à un cerf-volant dont la queue flotterait au vent. Antarès est l’une des plus grosses étoiles connues. Si son centre était confondu avec celui du soleil, elle emplirait tout notre système solaire jusqu’à l’orbite de Mars et notre planète se trouverait dans la masse d’Antarès.

    Repartons de notre Grande Ourse et traçons par 3 et 4 une nouvelle voie en direction de l’est ; elle nous amène à Déneb, dans la constellation du Cygne, au sommet d’une croix délimitée par six étoiles, dont l’une, sur la branche supérieure, éclaire faiblement.

    En cherchant Déneb, nous sommes passés près d’un astre encore plus lumineux de la constellation de la Lyre, Véga, avec lequel Déneb forme un triangle dont le troisième sommet est une autre étoile brillante de la constellation de l’Aigle, Altaïr, encadrée par deux étoiles moins visibles.

    Nous arrivons au bout de nos peines ! Dans quelques minutes vous aurez appris à connaître toutes les étoiles et constellations importantes visibles pendant l’été. Une fois que vous les aurez bien en tête, vous ne devrez plus partir à chaque fois de la Grande Ourse pour les retrouver. Leurs formes particulières et uniques dans le ciel vous permettront de les reconnaître au premier coup d’œil : le “W” ouvert de Cassiopée, le cerf-volant du Scorpion, Déneb au sommet de la croix, Véga d’après le triangle, etc.

    À présent que vous avez fait connaissance avec ces constellations, vous les regarderez de temps en temps dans le ciel. À l’automne, elles se déplaceront vers l’ouest pour finir par disparaître l’une après l’autre derrière l’horizon. Puis, l’hiver venu, vous verrez apparaître à l’est de nouveaux groupes d’étoiles que vous pourrez identifier à l’aide du second croquis de cet article.

    Sachez reconnaitre les étoiles

     

    Le ciel en hiver

    À la fin de l’hiver la Grande Ourse est à l’ouest de la Polaire, la queue tournée vers le bas. Une ligne passant par 4 et 3 indique la constellation du Lion, en forme de faucille dont le manche se termine par Régulus. Une autre ligne tracée de 4 à 1 se prolonge dans la Chèvre, entourée de ses trois Chevreaux. L’axe passant par 3 et 2 aboutit à Aldébaran, dans la constellation du Taureau, au sommet d’un amas ouvert en forme de “V” oblique : les Hyades. Sur une branche du “V” se trouve un amas d’étoiles de peu d’éclat, les Pléiades, appelé aussi “la Poussinière”, que certains comparent à un petit chariot. En tout cas, si vous n’avez jamais observé les Hyades ou les Pléiades à la jumelle, attendez-​vous à faire une agréable découverte.

    Une diagonale tracée de 4 à 2 vous conduit aux Gémeaux : Castor et Pollux, son frère légèrement plus brillant. Sur une ligne passant par 5 et 4 et laissant de côté les Gémeaux, vous trouverez l’une des constellations les plus remarquables, Orion, le géant chasseur, délimitée par un quadrilatère dont le sommet supérieur est Bételgeuse, étoile géante rouge, comme Antarès, et une étoile blanche située au sommet opposé, Riga. Dans ce quadrilatère, trois étoiles alignées marquent la Ceinture ou Baudrier d’Orion et s’orientent vers la constellation du Grand Chien où se trouve Sirius, la plus belle étoile du ciel. Procyon brille dans la constellation du Petit Chien, à mi-chemin entre Sirius et les Gémeaux.

    Le croiriez-​vous ? nous avons déjà vu le tiers des constellations principales et plus de la moitié des étoiles de première et de deuxième grandeur visibles dans l’hémisphère boréal. Un petit conseil néanmoins : Il peut arriver qu’en suivant ces repères sur la voûte céleste vous rencontriez un astre brillant qui n’a pas été indiqué. C’est une planète, telle que Jupiter, Vénus et même Mars ou Saturne, qui sont parfois plus brillantes que les étoiles fixes. Ainsi Jupiter se trouvera à mi-chemin entre Aldébaran et les Gémeaux durant l’hiver 1977-​1978, et Saturne sera alors près de Régulus.

    Avez-​vous déjà visité un planétarium avec votre famille ? Maintenant que vous connaissez un peu les astres, vous trouverez le spectacle très intéressant, quel que soit votre âge. Dans beaucoup de grandes villes les planétariums présentent un film qui commence le plus souvent par une projection de la voûte céleste, qui s’accélère ensuite pour montrer le mouvement apparent des étoiles. Vous pourrez aussi vous offrir une carte du ciel ; elle vous permettra, pour un prix modique, d’identifier d’autres étoiles et d’autres constellations. Si jamais vous voyagez dans l’hémisphère sud, ne manquez pas de faire connaissance avec le ciel austral.

    Savoir repérer les étoiles et les constellations visibles à l’œil nu ne peut que nous remplir de gratitude envers le Créateur pour sa sagesse et sa puissance, lui qui a placé les étoiles dans le firmament pour refléter sa gloire et nous réjouir des merveilles de sa création. Si nous sommes satisfaits de connaître quelques constellations et quelques dizaines d’étoiles, n’oublions pas qu’il y en a des milliers que nous ne voyons pas, alors que Dieu , lui, les connaît toutes par leur nom. Vous vous rendez compte ?

    Sachez reconnaitre les étoiles

     

     


    3 commentaires
  • Selon un dictionnaire, la science est l’« étude systématique de la nature et des mécanismes de l’univers physique et matériel, fondée sur l’observation, l’expérience et la mesure ». Voilà qui est synonyme de dur travail et, souvent, de déception. Les scientifiques déploient des efforts considérables pour mener des expériences et des observations pendant des semaines, des mois, voire des années. Si leurs travaux sont parfois infructueux, ils procurent la plupart du temps des bienfaits aux humains. Citons quelques exemples.

    En associant du plastique dur et des filtres très élaborés, une entreprise européenne a mis au point un système qui permet d’absorber de l’eau à l’origine non potable sans tomber malade. De tels systèmes ont été utilisés après des catastrophes naturelles, comme le tremblement de terre qui a frappé Haïti en 2010.

    À des kilomètres d’altitude, des réseaux de satellites constituent ce qu’on appelle le GPS, ou système de repérage universel. Le GPS a d’abord été conçu à des fins militaires, mais il permet aujourd’hui à des automobilistes, à des pilotes d’avion, à des navigateurs, et même à des chasseurs et à des randonneurs, de trouver leur chemin. Grâce aux inventeurs de ce système, nous pouvons nous rendre plus facilement là où nous le souhaitons.

    Vous servez-vous d’un téléphone portable, d’un ordinateur ou d’Internet ? Grâce aux progrès de la médecine, votre état de santé s’est-il amélioré ou avez-vous guéri d’une maladie ? Prenez-vous l’avion ? Si oui, vous tirez profit de quelques-uns des bienfaits que la science apporte aux humains. À n’en pas douter, elle facilite notre vie de bien des manières.

    Les possibilités de la science

    Pour élargir leur horizon, les scientifiques étudient en profondeur la nature. Des physiciens nucléaires s’intéressent de près au fonctionnement interne de l’atome, tandis que des astrophysiciens remontent des milliards d’années en arrière pour essayer de comprendre l’origine de l’univers. Les scientifiques poussant leurs recherches même dans les domaines de l’invisible et de l’impalpable, certains d’entre eux pensent que, si le Dieu de la Bible existe, ils devraient pouvoir le trouver.

    D’éminents scientifiques et philosophes vont encore plus loin. Ils alimentent ce que l’auteur scientifique Amir Aczel a appelé « un débat scientifique contre l’existence de Dieu ». Par exemple, un physicien de renommée mondiale prétend que « l’absence de preuves en faveur de l’existence d’un Dieu jouant un rôle important dans l’univers atteste qu’un tel dieu n’existe pas ». D’autres qualifient les actions du Dieu de la Bible de « mystérieux tours de passe-passe  ».

    Mais les scientifiques en savent-ils assez sur la nature pour pouvoir tirer des conclusions définitives ? La réponse est non. La science a fait d’énormes progrès, mais nombre de scientifiques admettent que beaucoup de choses leur sont encore inconnues et peut-être même inconnaissables. Steven Weinberg, physicien et prix Nobel, a reconnu : « Nous n’aurons jamais les réponses à toutes nos questions. » Quant au professeur Martin Rees, astronome royal britannique, il a écrit : « Il y a sans doute des choses que les humains ne comprendront jamais. » À vrai dire, la nature, de la minuscule cellule à l’immense univers, reste en grande partie incompréhensible pour les scientifiques. Par exemple :

     Les biologistes ne comprennent pas totalement les mécanismes qui se produisent au sein de la cellule vivante. La science n’est toujours pas parvenue à expliquer pleinement comment les cellules utilisent de l’énergie, fabriquent des protéines et se divisent.

    • Un petit garçon faisant rebondir une balle

      Nous sommes constamment soumis à l’effet de la gravitation. Pourtant, pour les physiciens, cette force tient du mystère. Ils ne savent pas exactement comment elle nous fait retomber au sol quand nous sautons ni comment elle maintient la Lune en orbite autour de la Terre.

    • L’univers

      Les cosmologistes estiment que 95 % de ce qui constitue l’univers est invisible et indétectable par des instruments scientifiques. Ils divisent cette étrange entité en deux catégories : la matière noire et l’énergie sombre. La nature de l’une comme de l’autre reste inconnue.

    D’autres mystères encore déconcertent les scientifiques. Pourquoi est-ce important ? Un auteur d’ouvrages de vulgarisation scientifique fait ce constat : « Notre connaissance est largement dépassée par notre ignorance. Pour moi, une vie entière consacrée à la science produit l’émerveillement et la curiosité, plutôt que le dogmatisme. »

    Alors, si vous vous demandez si la science est sur le point de remplacer la Bible et de rendre inutile toute croyance en Dieu, réfléchissez à ceci : Sachant que de brillants scientifiques équipés de puissants instruments ont seulement acquis une compréhension limitée de la nature, serait-il logique de rejeter rapidement les questions qui sont hors du champ d’investigation de la science ? À ce propos, dans un article détaillé sur l’histoire et l’évolution de l’astronomie, l’Encyclopedia Britannica conclut : « Après 4 000 ans de recherches en astronomie, l’univers demeure aussi étrange qu’il devait l’être pour les Babyloniens. »

    Chacun a le droit  de se forger  ses opinions

    La Terre suspendue dans l’espace

    La Bible dit que la Terre est suspendue " sur rien " Elle n’a jamais dit que notre planète reposait sur les épaules d’un géant ou sur le dos d’éléphants debout sur une tortue, comme l’ont raconté certains mythes de l’Antiquité. La Bible donne plutôt le champ libre à la découverte scientifique. Nicolas Copernic puis Johannes Kepler ont expliqué que les planètes évoluent autour du soleil en étant dirigées par une force invisible. Isaac Newton a par la suite démontré comment la gravitation régit le mouvement de tout corps dans l’espace.

     

     

     La sience et vous ..

     

     


    1 commentaire
  • DEPUIS longtemps en Europe, des passionnés admirent la robe colorée de la belle-dame (Vanessa cardui) et se demandent ce que ce papillon devient à la fin de l’été. S’éteint-il à l’arrivée du froid ? Des recherches récentes ont révélé une chose extraordinaire : le papillon effectue un voyage annuel entre l’Europe du Nord et l’Afrique !

     Des chercheurs ont recoupé des informations données par un radar sophistiqué avec les témoignages de milliers de volontaires européens. L’étude a montré qu’à la fin de l’été, des millions de belles-dames migrent vers le sud, volant généralement à 500 mètres d’altitude, ce qui les rend difficiles à observer à l’œil nu. Elles attendent des vents favorables pour faire le voyage jusqu’en Afrique, à une vitesse moyenne de 45 kilomètres-heure. Certaines commencent leur périple aux lisières de l’Arctique et l’achèvent sous les tropiques de l’Afrique occidentale. Les belles-dames peuvent ainsi parcourir jusqu’à 15 000 kilomètres, deux fois plus que le monarque d’Amérique du Nord ! Il faut six générations successives de belles-dames pour accomplir un aller-retour.

    Le professeur Jane Hill, de l’université de York (Angleterre), explique : « La belle-dame avance inlassablement, se reproduit et se remet en route. » Chaque année, ces étapes se répètent jusqu’à amener toute la population d’Europe du Nord en Afrique, puis de nouveau en Europe.

     Cet animal minuscule, de moins d’un gramme, dont le cerveau est de la taille d’une tête d’épingle et qui n’a pas la chance d’apprendre des individus plus âgés ou expérimentés, entreprend une migration intercontinentale périlleuse », déclare Richard Fox, écologiste au Butterfly Conservation. Il ajoute qu'à une époque, on croyait que [la belle-dame] était à la merci du vent, transportée inévitablement vers la mort dans le froid hivernal de la Grande-Bretagne .

     


    2 commentaires
  • Savez-vous que certains papillons entreprennent de longs voyages pour trouver la chaleur et la nourriture nécessaires à leur survie ?En Europe, la plupart des papillons passent l'hiver à l'état de chrysalide ou de chenille, mais 13 espèces de papillons hibernent à l'état adulte : le Citron qui est souvent le premier papillon à voler au Printemps, se dissimule dans le lierre ou le houx.

    Les papillons Monarque  ,le grand migrateur  ,la ils sont en train d'hiverné

    Vu sur R T B F 1

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Le geai bleu est un petit passereau que l’on retrouve dans les forêts d’Amérique du Nord mais aussi dans le golfe du Mexique. Au-delà de son magnifique plumage bleu, cet oiseau est connu pour prendre des bains defourmis afin de se débarrasser des parasites.

     

     

    Le faisan doré   ( J'en avais deux  )des jaloux me l'ont tuer un matin je l'ai est trouvé en sang  mort .

    Le faisan doré est célèbre pour son sublime plumage multicolore et sa crête dorée qu’il porte fièrement sur le dessus de la tête. Originaire de Chine, il correspond en tous points à la description que l’on se fait du légendaire phœnix. Oiseau solitaire et omnivore, il préfère se déplacer au sol plutôt que de voler.

     

    Le loriquet à tête bleue

    Le loriquet à tête bleue est un perroquet très coloré réputé pour être très bruyant. En effet, il possède une large gamme de cris et autres gazouillements. Espèce endémique d’Océanie, cet oiseau diurne est doté d’une langue en forme de pinceau qui lui permet d’aspirer le nectar des fleurs.

    Le flamant rose

    Le flamant rose vit en groupe et possède un plumage qui peut aller de la couleur rose pâle au rouge. Il doit d’ailleurs sa coloration aux crustacés dont il se nourrit. Cet oiseau, dont l’espérance de vie est de 30 ans à l’état sauvage, est connu pour être capable de se tenir debout sur une seule patte, notamment lorsqu’il dort.

     

    Le toucan à carène

    Présent en Amérique du Sud, le toucan à carène, aussi appelé toucan arc-en-ciel, est facilement identifiable grâce à son long bec coloré en forme de banane. Il vit dans les forêts tropicales de plaines et se nourrit principalement de fruits, mais aussi d’insectes ou encore d’œufs. Cet oiseau a la particularité d’être doté d’un caractère très joueur.

     

    Le paon

    La roue du paon est célèbre de par le monde. Et pour cause, pour séduire les femelles, cet oiseau originaire d’Inde n’hésite pas à déployer les plumes de sa queue, donnant lieu à un époustouflant spectacle.

    L’ara Hyacinthe

    L’ara Hyacinthe vit en Amérique du Sud et est admiré pour son incroyable plumage bleu mais aussi pour sa taille. En effet, il est considéré comme le perroquet le plus grand du monde puisqu’il peut atteindre une envergure de 1,50 mètre à l’âge adulte.

    La grue royale

    Présente uniquement en Afrique, la grue royale mesure en moyenne 1 mètre de haut pour un poids de 3,5 kilos. Elle est facilement reconnaissable à sa crête de plumes dorées qui se dresse sur le sommet de son crâne.

     

    Le faisan cornu

    Aussi appelé tragopan satyre, le faisan cornu se rencontre en Asie du Sud, plus particulièrement dans la région de l’Himalaya. Cet oiseau coloré au plumage orange et à la tête bleue vit en couple dans les forêts d’altitude. Il passe le plus clair de son temps à chercher sa nourriture au sol et ne se perche que le soir pour dormir.

    Le canard mandarin

    Originaire d’Asie du Nord-Est, le canard mandarin mâle ne possède un plumage coloré qu’en période de reproduction. À la fin du printemps, il perd donc ses couleurs pour prendre la même apparence que la femelle, dont les couleurs sont plus fades. Symbole de la fidélité, cet oiseau est célèbre pour vivre avec le même partenaire durant toute sa vie.

     

     

     


    7 commentaires
  • TEL est le surnom du baobab africain. Lorsqu’il se couvre de feuilles et de fleurs, il offre un spectacle magnifique. L’hiver venu, par contre, ses branches courtes et nues se dressent sur un tronc trapu, faisant penser aux racines d’un arbre planté à l’envers.

    Il existe dans le nord du Botswana un groupe de baobabs appelé les Sept Sœurs. Peints au XIXe siècle par l’explorateur et artiste Thomas Baines, ils ne présentent aujourd’hui que très peu de différences avec le tableau.

    Voilà qui témoigne de l’extraordinaire longévité du baobab. On estime d’ailleurs que les plus gros sont plusieurs fois millénaires. Le baobab se plaît dans les régions chaudes et sèches d’Afrique, où il constitue une véritable manne. Ses cosses contiennent des graines d’un blanc crayeux dont le goût ressemble à celui de la crème de tartre. Les éléphants se régalent de son écorce et de son bois spongieux, lequel est gorgé d’eau. Il arrive que les fourches creuses de l’arbre ou les cavités qui se sont formées à l’intérieur du tronc recèlent des poches d’eau de pluie.

    La circonférence impressionnante du baobab constitue une autre particularité saisissante de cet arbre. On dit que le plus colossal de ces géants pousse sur le flanc méridional du Kilimandjaro, en Tanzanie; il a une circonférence de 28 mètres. Au Zimbabwe, un baobab creux servait d’abri de bus et pouvait contenir plus d’une trentaine de personnes.

    Il semble paradoxal que l’homme, doté de l’intelligence, ne doive vivre que quelque 70 ans, alors que “l’arbre planté à l’envers”, lui, peut mourir plusieurs fois millénaire. Heureusement, nous avons la pleine assurance que le Créateur de toutes choses vivantes tiendra sa promesse, aux termes de laquelle les jours de son peuple seront “comme les jours d’un arbre”.

     

     

     

     


    2 commentaires
  • L'hygiène des mains  par  !!!!


    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • EN QUELQUE endroit que nous nous trouvions, nous sommes entourés d’une foule innombrable d’êtres vivants que nous ne voyons pas. Certains peuvent être considérés comme de vrais amis, mais d’autres comme des ennemis mortels. Qui sont-​ils? Ce sont les microbes: les bactéries, les levures, les moisissures, etc., c’est-à-dire l’ensemble des micro-organismes. Leur nom de micro-organismes vient de ce que ces êtres ne sont visibles qu’au microscope.

    Les bactéries sont partout, dans l’air, l’eau, le sol et les autres êtres vivants. Elles sont responsables de nombreuses transformations chimiques et sont capables d’agir sur presque tous les corps qui existent à la surface du globe, faisant pâlir de jalousie et d’impuissance les plus ingénieux chimistes.

    John Wood, professeur de biochimie, déclarait à ce sujet dans La Recherche de septembre 1976: “Chacun sait que les micro-organismes synthétisent les composés organiques plus facilement et plus efficacement que nos meilleurs chimistes industriels.” Il constatait d’autre part que les bactéries sont capables d’effectuer certaines réactions chimiques en “transgressant les règles bien établies de la chimie organique”. De quoi narguer les meilleurs chimistes!

    Notre curiosité piquée, faisons davantage connaissance avec les bactéries. Examinons leur mode de vie, les services qu’elles nous rendent ou les ennuis qu’elles nous causent.

    Une alimentation variée

    Les aliments servent surtout à deux choses: apporter les éléments nécessaires à la croissance ou au renouvellement des cellules et produire de l’énergie. En effet, aussi minuscules soient-​ils, les microbes doivent se nourrir et éliminer leurs déchets. Pour ce qui est de leur croissance, les goûts alimentaires des micro-organismes sont infinis.

    Certains sont de véritables ascètes, se contentant du gaz carbonique et de l’azote atmosphérique, d’autres sont plus exigeants et demandent des glucides et de l’ammoniaque ou des molécules azotées plus complexes, telles que les acides aminés. Comme les humains, quelques-uns ont même besoin de vitamines.

    Les animaux et l’homme tirent leur énergie de l’oxydation de certains de leurs aliments. Ainsi, les glucides et les lipides constituent avant tout une source d’énergie, un combustible qui est oxydé ou brûlé dans l’organisme grâce à la respiration. De la même façon, de nombreuses bactéries respirent en utilisant l’oxygène de l’air; on dit qu’elles sont aérobies. L’énergie ainsi obtenue est libérée sous forme de chaleur ou stockée dans de petites molécules comme l’ATP (adénosine triphosphate) qui serviront à leur tour de source d’énergie pour permettre les nombreuses réactions chimiques qui ont lieu à l’intérieur des cellules microbiennes. C’est ainsi que se comporte Acetobacter aceti, bactérie qui transforme le vin en vinaigre.

    Chez d’autres bactéries, l’oxygène n’est pas le “comburant”; ce sont d’autres composés minéraux qui opèrent la combustion: Ainsi les nitrates et les sulfates peuvent être utilisés et se retrouver finalement transformés en nitrites, voire en azote ou en acide sulfurique, reconnaissable à son odeur repoussante d’œufs pourris. De tels germes sont dits anaérobies. De nombreuses bactéries présentes dans l’intestin de l’homme entrent dans cette catégorie.

    Certains germes se comportent d’une façon encore différente. Cette fois, c’est une molécule organique qui va jouer un rôle un peu comparable à celui de l’oxygène. On parle dans ce cas de fermentation.

    En fait, ces catégories sont souples, car, si certaines espèces ne peuvent utiliser que l’un ou l’autre de ces moyens pour se procurer de l’énergie, de nombreuses autres, suivant les circonstances, choisissent telle ou telle voie et peuvent à un moment être anaérobies et à un autre moment aérobies.

    Dans tous ces exemples, l’énergie est obtenue à partir de transformations chimiques, mais il peut en être autrement. Ainsi, quelques bactéries peuvent être comparées sur ce point aux végétaux, car elles tirent leur énergie de la lumière solaire grâce au phénomène de la photosynthèse. Elles possèdent des pigments capables de fixer l’énergie lumineuse pour la transformer en énergie chimique.

    Des déchets dangereux ou utiles?

    Les bactéries élaborent durant leur croissance un certain nombre de substances qui peuvent être considérées comme des déchets du métabolisme. Certains de ces déchets, appelés toxines, constituent pour l’homme de véritables poisons. Ainsi, le bacille tétanique, lorsqu’il entre dans l’organisme à la suite d’une blessure ou d’une piqûre, se met à fabriquer une toxine qui va se propager le long des fibres nerveuses, atteindre le cerveau et déclencher une contracture des muscles. Lorsque le tétanos est déclaré, il est presque toujours mortel.

    Un autre germe, le bacille botulique, présent parfois dans certains aliments comme les conserves mal stérilisées et les charcuteries, libère dans le tube digestif une toxine extrêmement puissante qui va, elle aussi, toucher le système nerveux et faire apparaître des paralysies. Ce poison, le plus redoutable qui soit est deux millions de fois plus puissant que l’arsenic; on peut mourir rien qu’en goûtant de la nourriture qu’il a contaminée. Il est à ce point toxique que, d’après des estimations, il suffirait de 100 grammes de cette substance pour faire disparaître toute vie humaine de la surface de la terre.

    Les conserves faites à la maison réclament donc beaucoup de soins. On conçoit dans ces conditions l’importance de rejeter toute conserve suspecte. Il faut éliminer sans hésitation toutes les boîtes ou tous les bocaux qui n’ont pas été convenablement stérilisés. On se méfiera particulièrement des boîtes qui présentent un renflement ou qui sentent mauvais quand on les ouvre, car le bacille du botulisme est la bactérie anaérobie qui libère ce gaz.

    Heureusement, toutes les bactéries ne sont pas aussi dangereuses. D’entre les bactéries qui utilisent la fermentation comme source d’énergie, nombreuses sont celles qui libèrent des déchets que l’homme sait apprécier. Ainsi, savez-​vous que l’odeur de noisette présente dans le beurre est tout simplement due à l’oxydation spontanée au contact de l’air d’un déchet, l’acétoïne, qui se transforme en diacétyle?

    Au nombre de toutes les bonnes choses que Dieu a offertes à l’humanité figure “le vin qui réjouit le cœur de l’homme mortel”. (Ps. 104:15.) Pris avec modération, le vin est agréable à boire et bon pour la santé. Or, l’alcool est fabriqué par une levure, Saccharomyces cerivisiae. Dans ce cas précis, il ne s’agit pas d’une bactérie, mais d’un champignon; néanmoins, le métabolisme qui entre en action est identique. Chez ce micro-organisme, l’alcool est un déchet provenant de la dégradation des sucres contenus dans le raisin.

    De la même façon, des bactéries lactiques, Streptococcus thermophilus et Lactophilus bulgaricus, produisent le yaourt, lait fermenté d’origine bulgare et consommé surtout en Europe et en Amérique du Nord. Quant au kéfir, originaire du Caucase, et au koumis, répandu en Asie centrale, il s’agit de boissons provenant de la fermentation du lait par des bactéries lactiques, associée à une fermentation alcoolique de ce même lait par des levures.

    Il en est de même pour les fromages. L’acide lactique, déchet du métabolisme des glucides, acidifie le lait et le fait cailler. D’autres microbes, souvent des bactéries ou des moisissures, donneront une gamme de déchets variés, responsables du goût ou de l’odeur des nombreuses variétés de fromages.

    Une croissance prodigieuse

    De façon générale, les bactéries se reproduisent par scissiparité, c’est-à-dire en se divisant en deux. Ainsi, lorsqu’une bactérie atteint une taille suffisante, elle se divise en deux et donne naissance à deux nouvelles bactéries identiques à leur “mère”. À leur tour, ces deux bactéries se diviseront en deux et ainsi de suite. Ce phénomène se produit à intervalles réguliers, mais qui varient beaucoup d’une espèce à l’autre et en fonction des conditions de l’environnement. Par exemple, placée dans des conditions optimum, Pseudomonas natriegens, micro-organisme marin, se divise toutes les 10 minutes: alors que Mycobacterium tuberculosis, agent de la tuberculose, ne se divise que toutes les 27 heures.

    Pour se rendre compte de la rapidité de la division cellulaire et de ses conséquences, prenons l’exemple d’une seule bactérie qui aurait à sa disposition une quantité de nourriture illimitée et qui se diviserait toutes les 20 minutes, comme c’est le cas de nombreuses bactéries intestinales de l’homme. Avez-​vous une idée du nombre de bactéries qu’il y aura 24 heures plus tard? Eh bien, il y en aura 47 × 10⁠20, soit le nombre 47 suivi de vingt zéros. Comme une bactérie pèse environ un demi-milliardième de milligramme, on aurait donc une masse de bactéries qui pèserait 2 300 tonnes. N’est-​ce pas prodigieux? Toutefois, à basse température, la division des bactéries est presque nulle.

    On comprend dans ces conditions pourquoi des aliments, tels que les charcuteries, les laitages, les sauces, peuvent être rapidement contaminés et devenir impropres à la consommation s’ils ne sont pas conservés au froid. Étant riches en substances nutritives, ce sont d’excellents milieux de culture. Il suffit d’une seule bactérie au départ pour contaminer tout l’ensemble, ce qui nous permet de mieux saisir toute la force de l’image suivante utilisée par l’apôtre Paul: “Un peu de levain fait fermenter toute la masse.” — Gal. 5:9.

    Quand la nourriture fait défaut ou quand la chaleur est insuffisante, les divisions se ralentissent et finissent par s’arrêter. Les bactéries les plus fragiles meurent et les autres attendent le retour de conditions meilleures. Certaines, mieux dotées, s’entourent d’une enveloppe et deviennent des “spores”. Une spore est très résistante à la chaleur et survit pendant des années, (certaines espèces peuvent résister dans l’eau bouillante durant 8 heures). Dès que les conditions redeviennent favorables, la spore germe, redonnant un bacille qui reprend sa croissance et ses divisions.

    Sensibles aux mauvais traitements

    Après avoir examiné comment une bactérie apparaît et se multiplie, considérons maintenant comment elle meurt.

    Les micro-organismes sont sensibles à de nombreux agents physiques ou chimiques. On dit que ces agents ont une action bactériostatique lorsqu’ils arrêtent la croissance des germes et une action bactéricide quand ils les tuent.

    Le soleil, avec ses rayons ultraviolets, est sans doute l’agent bactéricide le plus ancien et l’un des plus efficaces. En effet, les rayons ultraviolets créent chez les microbes des mutations, c’est-à-dire des altérations de leur patrimoine génétique, mortelles dans la plupart des cas.

    Les microbes sont en général incapables de se développer quand une substance soluble telle que le sucre ou le sel est présente en forte concentration. Dans de telles conditions, l’eau contenue dans les micro-organismes sort pour essayer de diluer le milieu extérieur. De ce fait, les germes en se déshydratant arrêtent leur croissance ou meurent. C’est ce qui se passe quand on sale la viande en vue de sa conservation. De même, en introduisant de fortes quantités de sucre lors de la préparation des gelées ou des confitures, on préserve ces aliments d’une prolifération de microbes.

    La chaleur est l’ennemi mortel des bactéries. Si, pour la majorité, une demi-heure de chauffage à 50° ou 60° suffit à les inactiver, celles qui peuvent former des spores demandent des conditions plus énergiques pour être détruites. Ainsi, dans une atmosphère saturée de vapeur d’eau et sans air, il faut maintenir le chauffage pendant 20 minutes pour être sûr de tuer tous les germes. C’est de cette façon qu’on procède pour stériliser les blouses de chirurgien et les champs opératoires.

    Les bactéries sont également sensibles à de nombreux produits chimiques et cette sensibilité est mise à profit pour des usages variés. Ainsi en est-​il de l’utilisation des conservateurs alimentaires. Les plus anciens et les plus connus sont sans doute l’alcool et le vinaigre. Depuis, l’industrie chimique a créé une large gamme de produits qui agissent soit sur les bactéries, soit sur les champignons, en empêchant leur développement. Malheureusement pour nous, si certains conservateurs sont inoffensifs, on ne connaît pas les effets secondaires à long terme de beaucoup d’entre eux.

    Les antiseptiques sont aussi des produits chimiques peu appréciés des microbes. Utilisés, entre autres usages, pour la désinfection de la peau, des vêtements ou des pièces d’habitation, ils comprennent des produits aussi courants que l’eau de javel, l’iode, le phénol et l’eau oxygénée.

    N’oublions pas, pour terminer, les antibiotiques qui, utilisés à bon escient, rendent de grands services en médecine.

    Plus de bien que de mal

    Cette petite enquête sur la vie et la mort des bactéries nous apprend que si les micro-organismes sont quelquefois nos ennemis mortels, ils sont le plus souvent des alliés précieux, à condition de ne pas en perdre le contrôle. Oui, les micro-organismes représentent un monde varié et important, bien qu’invisible. Ils contribuent par leur action à tous les grands cycles naturels, et de ce fait à l’équilibre de la vie sur la terre. Ainsi, ces formes de vie microscopiques témoignent de la sagesse du Créateur de toutes choses, de l’infiniment grand à l’infiniment petit.

                                                               "  Vu et lu sur une bibliothèque en ligne '


    5 commentaires
  • LE Nicaragua est souvent appelé le pays des lacs et des volcans. On y trouve le plus grand lac d’Amérique centrale : le lac Nicaragua. Les tribus indigènes le surnomment Cocibolca, ce qui signifie « douce mer ». Parsemé de centaines d’îles, il est le seul lac d’eau douce à abriter une faune océanique, dont des requins, des espadons ou des tarpons.


    La fleur du frangipanier (sacuanjoche) est la fleur nationale du Nicaragua.

    Le Nicaragua possède aussi l’une des régions les plus isolées d’Amérique centrale : la côte des Mosquitos. Cette bande de terre de 65 kilomètres de large court le long de la quasi-totalité du littoral oriental et se prolonge dans le Honduras voisin. Les Miskitos (autre nom des Mosquitos) sont l’un des nombreux peuples indigènes du Nicaragua dont l’histoire débute avant l’arrivée des Européens au XVIsiècle.

    Les Miskitos sont une communauté très soudée, aux coutumes insolites. Par exemple, la langue miskito n’a pas de mots comme « monsieur » ou « madame » pour s’adresser à quelqu’un. Dans les villages, les jeunes appellent les plus âgés « oncle » ou « tante », qu’ils soient  ou non de la même famille. Les femmes miskitos suivent une vieille coutume qui consiste à saluer ses amies et ses proches en touchant avec sa joue la joue de l’autre, la première à avoir salué inspirant alors par le nez.

     Un petit tour au Nicaragua

     


    6 commentaires
  • POUR construire leurs rayons de miel, les abeilles (Apis mellifera) utilisent la cire que sécrètent les glandes qu’elles ont sous l’abdomen. Le rayon de miel est considéré comme une construction des plus ingénieuses. Pourquoi ?

     

    Considérez ceci : Depuis des siècles, les mathématiciens pressentaient que, pour utiliser l’espace de façon optimale et avec un minimum de matériaux de construction, la division en hexagones est plus avantageuse que celle en triangles équilatéraux, en carrés ou en toutes autres formes. Mais ce n’est qu’en 1999 qu’ils ont su expliquer pourquoi : cette année-là, le professeur Thomas Hales a démontré mathématiquement ce qu’il a appelé le « théorème du nid d’abeille ». Il a prouvé que l’hexagone régulier est la forme la plus appropriée pour diviser un espace en parties égales avec une structure minimale.

    En construisant des alvéoles hexagonales, les abeilles utilisent au mieux l’espace dont elles disposent : elles produisent un rayon de miel léger mais solide avec un minimum de cire, et y entreposent un maximum de miel. Pas étonnant que le rayon de miel ait été qualifié de « chef-d’œuvre architectural » !

    Aujourd’hui, les scientifiques s’inspirent du rayon de miel pour créer des structures qui, tout en étant solides, optimisent l’espace. Les ingénieurs en aéronautique, par exemple, utilisent des panneaux en « nid d’abeille » pour concevoir des avions à la fois plus solides et plus légers, et donc qui consomment moins.Aujourd’hui, les scientifiques s’inspirent du rayon de miel pour créer des structures qui, tout en étant solides, optimisent l’espace. Les ingénieurs en aéronautique, par exemple, utilisent des panneaux en « nid d’abeille » pour concevoir des avions à la fois plus solides et plus légers, et donc qui consomment moins.

    Le rayon de miel

    Le rayon de miel


    votre commentaire
  • VOUS regardez un film sur une célébrité, peut-être une musicienne que vous admirez. Il commence par des scènes de son enfance, de ses cours de musique et de ses entraînements intensifs. Puis vous la voyez donner des concerts, parcourir le monde et devenir une star internationale. Et très vite arrivent des images de ses vieux jours, et à la fin du film... elle meurt.

    Ce film n’est pas une fiction. C’est le résumé d’une vie qui s’est arrêtée. Que le film ait porté sur un musicien, un scientifique, un sportif ou tout autre personnage célèbre, l’histoire aurait été quasiment la même. Cette personne a peut-être accompli de grandes choses. Mais imaginez tout ce qu’elle aurait encore pu accomplir si ces dures réalités que sont la vieillesse et la mort ne l’avaient pas rattrapée !

    Malheureusement, c’est ce qui attend chacun de nous . Malgré tous nos efforts, nous ne pouvons pas échapper aux effets de la vieillesse ni à la mort. Pire encore, notre vie peut être abrégée par un accident ou une maladie. On peut  la   comparé à la brume du matin qui " apparaît pour peu de temps et puis disparaît "

    Il y a des gens qui trouvent la vie si incertaine et si vaine qu’ils adoptent cette mentalité , " Mangeons et buvons, car demain il nous faudra mourir " Mais ne pensez-​vous pas que vivre de cette façon revient à trouver acceptable la triste réalité de la mort ? Tôt ou tard, et surtout en cas d’épreuve particulièrement pénible, vous vous demanderez peut-être , " La vie se résume-​t-​elle à ça ? " Où pouvez-​vous trouver la réponse ?

    Aujourd’hui, beaucoup placent leurs espoirs dans la science. Les progrès de la science et de la médecine ont augmenté notre espérance de vie. Et certains scientifiques cherchent à la prolonger davantage encore. Quels que soient les résultats, ces questions demeurent , Pourquoi vieillissons-​nous et mourons-​nous ? Y a-​t-​il un espoir que notre ennemie, la mort, soit un jour vaincue ? N’y a-​t-​il rien de mieux que cette vie ?

    Pourtant, des animaux comme l’oursin rouge géant ou le clam d’Islande (un coquillage) peuvent vivre plus de 200 ans et des arbres comme le séquoia géant, des milliers d’années. Alors, quand on compare la longévité des humains à celle de ces êtres vivants, n’est-​ce pas naturel de se demander ," N’y a-​t-​il rien de mieux que cette vie de 70 ou 80 ans ? "

    La mort une triste réalité

     La mort une triste réalité


    9 commentaires
  • Ne jamais prendre une décision sous l ’emprise de la colère. Il faut toujours laisser une bonne nuit de réflexion. Sinon tu risques de t ’en vouloir toute une vie.

    Si un jour tes rêves s ’arrêtent, c ’est que le compteur de ta vie touche à sa fin. Soit tu le remets en route très vite, soit tu baisses les bras et tu acceptes.

    Si tu penses que le bonheur est matériel, il est grand temps pour toi d ’ouvrir les yeux. Avant, nos vieux appelaient cela, vivre dans une prison dorée.

    Si tu penses que dans la vie tu n ’as jamais de chance, rappelle toi qu ’un jour, à un moment précis tu as été le spermatozoïde le plus rapide et sans doute le plus malin.

    Si tu n ’as jamais su dire ( je t ’aime ), sache qu ’il peut être dit par un sourire, un regard, mais le plus souvent c ’est par une caresse même furtive.

    Si un jour tu penses que tout va mal pour toi, et que ton moral est en baisse, je te conseille fortement d ’aller parler à une personne en fin de vie. ( Elle s ’aura te réconforter. )

    Sache que dans les histoires de cœurs, il faut toujours entendre le deuxième son de la cloche, et parfois même écouter surtout le troisième.

    Une personne disparue, ne l ’est jamais vraiment. Souvent des mots, des phrases, une chanson, un endroit, ou juste un parfum, te la feront rappeler.

    N ’oublie jamais le matin en partant travailler, d amener avec toi, ton sourire, ta bonne humeur, et un peu de pain pour l ’oiseau qui chantera sur ton chemin.

    A ta naissance, tu pleurais à chaudes larmes, et tout le monde souriait. Fais en sorte que tout au long de ta vie, le jour de ton enterrement ce soit le contraire qui se produise.

    Pour réussir dans ce monde, retenez bien ces trois maximes :

    Message de la vie

    Message de la vie


    16 commentaires
  • Si la position que nous adoptons durant notre sommeil en dit long sur notre personnalité, elle explique également beaucoup de maux divers. Fort heureusement, nous ne dormons pas tout le temps dans la même position tout au long de notre vie. Mais alors, y a-t-il une position particulière pour mieux dormir ?

    Dormir sur le dos Avantages : Prévient les douleurs du cou et du dos en adoptant une position naturelle pour la tête et la colonne vertébrale. Réduit les reflux gastriques et minimise les rides du visage.*Inconvénients : Favorise les ronflements.Psychologie : Calme et réservé.Oreiller : Un oreiller bien rembourré pour soutenir le cou et la tête, mais sans trop la relever. Conclusion : Bonne position.(OK maintenant je comprend pourquoi je n'en vois pas encore sur mon visage  des rides )"Rireeeeee"et pour ne pas ronflé je respire trois fois  pour me mettre de l'air dans mes poumons , oui c'est sa ,ça évite les ronflements *.Ah les filles ne vous moquez pas de moi hein !! Dormir sur le côtéAvantages : Réduit les ronflements ainsi que les reflux gastriques. Dormir sur le côté gauche favorise la circulation sanguine. C’est la meilleure position pour les femmes enceintes.Inconvénients : Dormir du même côté pendant de longues heures n’est pas très bon pour le visage et peut affaisser la poitrine. Peut provoquer des douleurs à l’épaule et à la hanche Psychologie : Social et facile à vivre."ça c'est tout à fait mon mari "Et l’oreiller : Un oreiller épais pour combler l’espace entre les épaules et le cou pour garder une position neutre pour la colonne vertébrale.

    Dormir en position fœtal

    Avantages : Aide les femmes enceintes et les personnes qui ronflent à mieux dormir.Inconvénients : Peut favoriser l’arthrite à cause de la mauvaise position prolongée du cou et de la colonne vertébrale, mais également des genoux, pliés pendant de longues heures. La respiration peut être entravée à cause de la compression au niveau de la poitrine. Favorise l’apparition de rides sur le visage.

    Psychologie : Timide et sensible, mais tend à montrer le contraire en société.

    Oreiller : Un oreiller épais pour combler l’espace entre les épaules et le cou pour garder une position neutre pour la colonne vertébrale.

    Conclusion : Bien de temps en temps ou alors si vous êtes enceinte.

                  Dormir sur le ventre

    Avantages : Aucun Inconvénients : Trop de pression sur les muscles et les articulations dû à l’absence de soutien par la colonne vertébrale. Peut provoquer des douleurs, des tensions et des engourdissements, notamment au niveau du cou et de la mâchoire. Peut développer à la longue du bruxisme (grincements des dents).

    Psychologie : D’apparence sociable, mais peut traduire nervosité et sensibilité.Oreiller : Ou très plat, ou sans.

    Conclusion : A éviter."

    Dormez avec un oreiller  à plumes d'oies  c'est superbe" Qu'elle est la meilleure position pour dormir ?

    • Qu'elle est la meilleure position pour dormir ?


    7 commentaires
  • Pas l’ombre d’un doute, roupiller c’est votre spécialité ? Alors cet article est fait pour vous ! Quoi de mieux que s’enrouler dans sa couette et sentir son matelas si moelleux… Bref, le lit c’est sacré alors s’il y a bien quelque chose dont vous vous passerez jamais, c’est dormir n’est-ce pas ? Fourchette & Bikini vous livre 8 preuves que votre lit, c’est aussi votre meilleur ami…

    Preuve n°1 : Le pire moment de votre journée ? Celui où votre réveil sonne et vous rappelle qu’il est bel et bien l’heure de se lever, à votre grand regret… Désespérée à l’idée de le quitter le matin mais c’est sans compter sur le petit déjeuner pour vous réconforter !

    Preuve n°2 : Vous vous en serez doutée, le soir c’est toute une autre histoire ! Votre lit vous a tellement manqué, qu’une fois la nuit tombée vous ne pouvez plus lui résister… Quel bonheur de se glisser dans vos draps bien frais qui vous ont tant fait rêver la journée, vous auriez tort de ne pas en profiter !

    Preuve n°3 : Même si dans la vie vous êtes un peu complexée voire même pudique, sous votre couette, vous êtes vous-même… L’avantage avec votre lit c’est que les petits bourrelets il s’en moque alors pas besoin de vous cacher, le pyjama c’est terminé !

    Preuve n°4 : Vous serez tous d’accord pour dire qu’il n’y a pas plus doux et moelleux que votre lit. Une chose est sûre, près de lui, vous oubliez tous vos tracas du quotidien, pas vrai ?

    Preuve n°5 : En plus d’être ultra confortable, lui au moins il sait vous réconforter ! Chagrin d’amour et peine de cœur, ça le connait, personne ne saura mieux vous consoler que votre lit… La tête sur votre oreiller, vous pouvez verser toutes les larmes de votre corps et insulter votre ex autant que vous le voulez, il n’est pas là pour vous juger !

    Preuve n°6 : Vous l’aurez sûrement remarqué, mais avec lui, vous pouvez tout manger quand vous voulez ! Petit-déjeuner au lit, collation devant votre série préférée, faîtes-vous plaisir c’est permis.

    Preuve n°7 : Votre chat/chien c’est un peu toute votre vie, et pour cause avec lui vous partagez tout… et même votre cher et tendre lit !

    Preuve n°8 : En plus de toutes ses qualités déjà citées, votre lit vous épargne aussi les présentations avec votre chéri… Pas de doute, votre lit c’est votre meilleur ami, le vrai !

    Et vous, vous êtes reconnus parmi ces 8 preuves ?

    Ton lit est ton meilleur ami, la preuve !

     

     Ton lit est ton meilleur ami, la preuve !


    6 commentaires
  • L’ARAIGNÉE sauteuse possède un système visuel particulier qui lui permet de calculer la distance précise à laquelle elle veut sauter. Comment s’y prend-elle ?

    Considérez ceci : Pour savoir à quelle distance elle se trouve d’un objet, l’araignée sauteuse utilise une particularité de ses deux principaux yeux : leur rétine est composée de plusieurs couches de cellules sensibles à la lumière. Deux d’entre elles sont sensibles à la lumière verte. L’image perçue est toujours nette sur l’une des couches et floue sur l’autre. Plus l’objet est proche, plus ce flou est prononcé. Cela permet à l’araignée de calculer la distance exacte qui la sépare de sa proie.

    S’inspirant de cette technique, les chercheurs aimeraient concevoir des appareils photo 3D et même des robots capables de mesurer la distance qui les sépare d’un objet. Selon le site Science NOW, l’araignée sauteuse est « un exemple passionnant d’animal qui, bien que long d’un demi-centimètre et doté d’un cerveau plus petit que celui d’une mouche, parvient à réunir et à utiliser des informations visuelles complexes ».

    La vision floue de l'araignée sauteuse

     

    La colle multifonction  d'une araignée

    UNE araignée qu’on trouve dans nos maisons (Parasteatoda tepidariorum) produit une toile dont la fixation peut être assez forte pour que la toile colle au mur ou assez faible pour qu’elle puisse se détacher du sol et capturer un insecte rampant, comme dans un piège à ressort. Comment l’araignée arrive-t-elle à produire, avec un seul type de colle, une fixation qui peut être soit forte, soit faible ?Quand l’araignée tisse sa toile sur un mur, un plafond ou une autre surface semblable, elle la fixe grâce à des disques de fils de soie très collants, assez solides pour résister à l’impact d’un insecte en vol. Par contre, les disques accrochés au sol ont une fixation faible, comme l’ont découvert des chercheurs de l’université d’Akron, dans l’Ohio (États-Unis). En fait, leur structure est tout à fait différente : ils ont beaucoup moins de points d’attache que les disques fixés au mur ou au plafond. Ainsi, quand un insecte rampant est pris dans la toile, celle-ci se détache facilement du sol et emprisonne la proie.Selon un communiqué de l’université d’Akron, les chercheurs qui ont découvert cette merveille de la nature « travaillent déjà à la conception d’une colle synthétique qui imite les propriétés multifonctions de la colle de l’araignée ». Les scientifiques espèrent créer une colle qui pourra être utilisée tant pour refermer des plaies que pour soigner des fractures Qu’en pensez-vous ? La capacité de l’araignée à produire une fixation forte ou faible avec la même colle est-elle le produit du hasard ? Ou d’une conception ?

     

    La vision floue de l'araignée sauteuseLa vision floue de l'araignée sauteuse

     

     


    3 commentaires
  • Les Français ne sont jamais content ,ils sont grincheux    toujours en train de se plaindre  que les étrangers leur colle . Du temps qu'il fait soleil ou pluie  qu'il vente  ou que les feuilles d'automne tombe ,qu'il fait glacial  ou  qu'il  neige ."Vous en avez pas marre de vos jérémiades "

     Les Français ont le sentiment que leur destin leur échappe ,qu'ils ne sont pas maitres de leur choix bien sur, la faute ,notamment ,à un système politique  administrative , et scolaire très hiérarchisé.

    Ils sont jaloux bref ...pas cools ,et pourtant ils n'ont jamais eux de raison  d'être malheureux,ne sont  jamais vraiment battu pour avoir  ce qu'ils ont aujourd'hui ,ils ont tout.Ils ne  manque de rien alors  se permettent de critiquer les moindre choses juste par provocation juste pour être mécontent.

    (Pourquoi ?Alors  que l'on  ne cesse  de vanter  la douceur de vivre  dans l’hexagone,) 

    Tous les étranger ne nous parlent que des riots de Novembre et des manifestations contre le CPE et on passe pour une nation mécontente. "Mais c'est la cas" ! Quand on prend l'exemple des turcs; ils se sont battus pour avoir leur République et aujourd'hui aime leur pays, en sont fiers et seraient prêts à mourir s'il le fallait , pour sauver ce qu'on leur à donner.

    J'ai déjà traversé des pays des villes Arabe ,Espagnole ,j'ai faite toute l'Europe ,les gens sont sympathique souriant toujours prêt a vous rendre services ,et pourtant certains  vivent avec presque rien .Mais comme partout sur ce globe il y a des méchants c'est avec des personnes comme ça qu'on fait la guerre dans le monde .

    Nous, on vit dans une société aseptisé et on a tout ce qu'on veut et les gens ne s'en contentent pas donc il râle ! 'Je ne supporte pas ces gens là' ceux qui se plaignent, qui veulent changer le monde .

    Est-ce que ça vaut vraiment le coup de subir cette pression négative pratiquement tous les jours?

    Quand je vais sur certain blog  ma journée est fichu car je lis des choses inamissible .

    Des commentaires pas nette du tout  , quand vous arrivez  sur leur blog ,on ne croirait   pas que c'est la même personne qui a écrit chez l'autre  ,c'est juste des fausse personnes .

    On est dans un beau pays où tout est à notre portée; alors jouissons- en .

     

                                                                        

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  Pourquoi les gens ne s’intéressent-ils jamais à l’essentiel 

    ils s’intéressent à nous , quLA REFLEXION DU JOUR :e si  ont  s'intéressent  à eux.

    Dans 5 ans, vous serez toujours le même, à moins de changer vos relations et vos lectures".

     

     


    16 commentaires
  • LES abeilles peuvent atterrir sans difficulté et en toute sécurité sous pratiquement n’importe quel angle. Comment font-elles ?

    Considérez ceci : Pour atterrir en toute sécurité, une abeille doit réduire sa vitesse d’approche à une vitesse pratiquement nulle avant de se poser. Une façon logique d’y parvenir consisterait à mesurer deux paramètres (la vitesse de vol et la distance jusqu’au point d’atterrissage), puis à réduire la vitesse en conséquence. Mais cette méthode serait difficile à mettre en œuvre pour la plupart des insectes, qui ont des yeux rapprochés et une vision sans mise au point ne leur permettant pas de mesurer directement une distance.

    La vision des abeilles est très différente de celle des humains, qui eux sont dotés d’une vision binoculaire. Les abeilles se servent vraisemblablement du simple fait qu’un objet apparaît de plus en plus gros à mesure qu’elles s’en approchent. Plus elles se rapprochent de l’objet, plus il semble grossir rapidement. Des expériences menées à l’Université nationale australienne montrent que l’abeille diminue sa vitesse de vol de façon à ce que l’objet grossisse à un rythme constant. Au moment où l’abeille atteint sa cible, sa vitesse est presque nulle, ce qui lui permet d’atterrir en douceur.

    La revue Proceedings of the National Academy of Sciences rapporte : « La simplicité et la généralisation possible de cette stratégie d’atterrissage [...] la rendent idéale pour une application aux systèmes de guidage des robots volants *. »

    Qu’en pensez-vous ? La stratégie d’atterrissage de l’abeille est-elle le produit du hasard ? Ou d’une conception ?

    La stratégie d'atterrissage de l'abeille ..


    2 commentaires
  •                                                                               Ce sont toujours les fleurs de mon jardin


    2 commentaires
  • Un pot de fleur que j'ai eu hier  midi  en remerciement d'avoir fait  son  diner  a empoté chez elle pendant  plusieurs semaine ,pour une  personne  qui parfois et assez souvent  est dans mon jardin potager  en train d'aidée Mr .

    Celui qui sourit au lieu de s'emporter est toujours le plus fort .

    Voici

                                                               L'avenir dépend de ce que nous faisons dans le présent

    Voici

                                                                Il faut faire son devoir sans se soucier des autres

    Voici

                                                      La culture ,c'est comme la confiture ,moins nous en avons et plus nous l'étalons.            Voici Voici


    5 commentaires
  • Si prendre une douche permet, en général, d’hydrater   sa peau, d’enlever les celles mortes, d’éviter l’odeur de la sueur, de se débarrasser de la poussière sur les parties non couvertes du corps et des cheveux et d’éloigner les moustiques ; et bien lorsqu’on la prend froide c’est encore mieux !

    La douche froide renforce l’immunité : Elle renforce vos aptitudes à lutter contre la maladie et l’infection ; telles que : le cancer, les rhumes, les hémorroïdes ou les varices, car

    elle augmente la production de lymphocytes T (CD8 et NK) très efficace contre les bactéries.

    La douche froide améliore la circulation sanguine : Vous exposer au froid signifie que votre corps fait de la « vasoconstriction ». Il s’agit d’un resserrement de vos artères et les veines qui aide le sang à circuler à une pression supérieure ; vu qu’il y a moins d’espace. De plus, le sang est rapidement envoyé vers les organes vitaux pour les garder au chaud, ce qui augmente la circulation sanguine générale. La douche froide aide à perdre du poids : La graisse brune se trouve dans nos corps et nous aide à combattre le froid. Et cette graisse brune permet de bruler de la graisse blanche ; et par conséquent de mincir. Ces cellules brûlent du glucose pour tenter de produire de l’énergie thermique ; afin d’avoir plus chaud.

    La douche froide agit contre l’insomnie : Quand il fait très chaude, une douche tiède vous aide à diminuer votre température corporelle et favorise ainsi le sommeil.

    La douche froide régule la température du corps : Recommandée dans le cas où  on souffre du symptôme des  mains et  pieds froids, ou si on transpire beaucoup trop.

    La douche froide soulage la dépression : l’eau froide stimule une zone du cerveau qui est la source principale de noradrénaline dans notre corps. Cette dernière est une hormone naturellement antidépressive. D’une autre part, la peau contient plus de récepteurs sensibles au froid qu’à la chaleur. D’ailleurs, un chercheur a démontré que 2 à 3 de minutes sous une douche à 20°C entraîne un afflux électrique important au niveau cérébral.  Aussi, l’eau froide libère une grande quantité d’endorphines, appelés hormones du bonheur, comme lorsqu’on fait du sport. Donc prendre une douche froide sert aussi à déstresser et à se calmer.

    La douche froide accélère le métabolisme : vu l’augmentation des niveaux de graisse brune, la pression artérielle et la température du corps, une douche froide accélère le métabolisme ; ainsi tout processus dans le corps deviendra plus efficace (une croissance plus accélérée, une meilleure réparation des muscles et d’autres cellules, meilleure digestion…).

    La douche froide rend plus beau ! L’eau froide contracte vos vaisseaux sanguins ; ce qui réduit l’enflure et l’apparence des cernes sous les yeux. Un jet d’eau froide sur la poitrine permet aux femmes de garder un buste ferme. De plus, l’eau froide rend les cheveux brillants ; et ferme la cuticule du cheveu. Ainsi vos cheveux sont forts et résisteront plus à la chute.

    La douche froide favorise la respiration : Lorsqu’on prend une douche froide, on commence spontanément par inhaler très profondément. Le corps réagit pour tenter de lutter contre le stress du choc en fournissant la quantité nécessaire d’oxygène pour respirer et tenir au chaud. Par conséquent, les poumons sont ouverts, comme à un exercice physique, pour prendre plus d’air. Cela permet de tonifier son corps et de garder la forme tout au log de la journée.

    La douche froide augmente la production d’hormones : Le froid stimule les glandes du corps ; notamment très efficace pour la fertilité chez l’homme car le taux de spermatozoïdes augmente

    de 491% sous le froid.a douche froide comme antalgique : Elle augmente la sécrétion d’endorphines ; qui ont l’effet d’anti-douleurs et provoquent une sensation de bien-être.

    vu  sur le net

    12-raisons-pour-prendre-une-douche-froide-le-matin .

     12-raisons-pour-prendre-une-douche-froide-le-matin .

     


    10 commentaires
  • Les moustiques ont 47 « dents » pointues sur leur trompe. Désolés : on ne pouvait pas garder cette information pour nous.


    4 commentaires
  • A BIENTÔT


    3 commentaires
  • En vue d’une intervention chirurgicale, les médecins interdisent aux patients de s’alimenter au moins six heures avant l’acte. Une consigne stricte qui vise à avoir l’estomac vide et ainsi d’éviter des complications graves.

    Car outre l’endormissement ou la suppression de la douleur, les produits anesthésiants bloquent également le réflexe de la toux. Or, c’est ce dernier qui ferme la glotte, empêchant les liquides et les aliments de pénétrer dans les poumons. 

    En cas de vomissement – à cause des produits ou en retirant le tube respiratoire de la trachée –, le liquide gastrique pourrait alors passer dans les alvéoles pulmonaires. Très acide, il risquerait de détériorer les muqueuses et surtout de «noyer» le patient. 

    Par ailleurs, si l’opération n’a pas pu être programmée à l’avance, les médecins peuvent procéder à un lavage de l’estomac en urgence.

    UNE CONSIGNE IMPORTANTE  POUR LA SANTÉ .

    Sur le journal C NEWS.

    Pourquoi  faut -il être a jeun  avant une opération ?


    6 commentaires
  •  

    de fête commerciale et de repos bien mérité pour ceux qui travaille

    Un suricate pose avec des œufs de Pâques dans son enclos du zoo de Hanovre. Les gardiens ont surpris les animaux avec une chasse aux œufs.

    Pâque en Allemagne .

    Encore une journée

    Encore une journée  


    4 commentaires
  • Pour une personne qui est encore venue sur mon blog pour dire des choses qui ne tienne pas la route sous un pseudo (Mabiche 1231)encore  prit un pseudo au hasard .Sachez  que je n'ai jamais jamais été jalouse de ma vie  c'est un défaut que je n'ai jamais eu de ma vie . (C'est avec des personnes comme vous  qu'on fait la guerre dans le monde) .Pauvre vous ,qui doit faire des insomnie toute les nuit .

    //////////////////////////////////////////////////////////////////////// 

    la vie nous réserve pleins de surprises qu'elles soient bonnes ou mauvaises, elles doivent nous permettre de repartir, reconstruire, recréer de nouvelles choses, peut-être pas aussi belles que ce qu'on a connu, mais l'inconnu a ses surprises .La vie est belle mais pas éternelle ,alors profitons du présent car chaque moment est important.

    ********************************************************************************

    Le pot de fer contre le pot de terre... Un dialogue de titan et le pot de fer commence : Je suis plus fort, plus lourd et plus résistant que toi... Oh oui répliqua le pot de terre, regarde comment tu es rouillé et il n'y a pas de vie en toi. Tes habitants sont rachitiques et malsains... Moi le pot de terre, la vie respire en moi et même si je suis moins résistant, plus fragile, les plantes sont belles, éblouissantes et imposantes... La moralité est que tu as beau être plus résistant, plus dur et plus puissant, ce n'est pas pour cela que tu vivras plus longtemps... 

    ??????????????

    ??????????????


    5 commentaires
  • Être attentive , Sérieuse , Prendre des responsabilités , C'est bien trop de travail. Une personne écervelée ne s'inquiète pas des choses difficiles et choisit plutôt de se concentrer à cultiver une vie de loisirs sans se soucier des conséquences.Voilà à quoi j'ai pensée  aujourd'hui   quand je suis allée  faire quelques courses et me promener à vélo .C'est vrais quoi . Au lieu de me  laisser embêter par le stress, les soucis, les problèmes , si je deviens une écervelé ,je remplirais  ma tête de fantaisies. Rêvasser ne fait pas de  moi   une fainéante . Regardez les couchers de soleil, respirez le parfum des fleurs . Si je serais une  écervelés je ne connaitrais  pas la colère, la méchanceté.  Une écervelé est toujours souriante (moi avant) en vérité en pensant à tout  quand j'avais cinquante ans de moins . je souriais tout le long du chemin.

    Être indifférente à tout  pas besoin d'être nulle part à une heure précise .AH!!!!!!!!!!que je voudrais redevenir moi mais trop tard ,j'ai plus l'age .J'écoute souvent du Blues Blues Music  le soir en fermant les yeux, c'est magnifique  et là  je ne suis plus chez moi et j'adore ,lumière tamisé belle musique  mes pensées ont 20 ans ..........l'age ou j'étais insouciante  et riais et souriais  tout le temps .

    Je voudrais être une écervelé

     

    Je voudrais être une écervelé


    5 commentaires
  •  (À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain. )

                                                 **************************************************

    Certainement l'un des dernier films de la grande légende  ,parce qu'il a vieilli et ça ce voit :message à faire passer :l'importance de la famille ,acteur excellents .Je le recommande ,film à savourer MERCI Clint ..a voir sur le site ' Motézi '  ( je viens de le regarder) . pour une fois je n'ai pas bouger je suis resté assise deux heures .

    La Mule

     

    La Mule


    6 commentaires
  • A 15 minutes de chez nous ,j'étais avec ma fille et ma petite fille Louisa  hier après midi ..

                                                                                  Les autres on eu leur occupation .

    Belgique (La Panne )

    Belgique (La Panne )

    Belgique (La Panne )

    Magasin   Léonidas

    Belgique (La Panne )

    Trop bon car fait avec du vrais chocolat 

    Belgique (La Panne )

    Pas écœurante du tout

    Belgique (La Panne )

    Même pour les fête de pâque pour celui qui fête encore

    Belgique (La Panne )

    Belgique (La Panne )

    Belgique (La Panne )

    Belgique (La Panne )


    9 commentaires