• A quoi servent ces maudits moustiques piqueurs et vecteurs de maladies.

    Le moustique n’est-il que l’ennemi de l’homme ? Y a-t-il une seule bonne raison de ne pas voire disparaître tous les moustiques de la surface du globe ? Bon et bien, il est temps de tenter d’apporter une réponse sur la question ô combien existentielle du rôle caché de ces maudits moustiques sur la planète…Le moustique est sans doute l’ennemi de nos belles nuits d’été, synonyme de piqûres, de boutons et de démangeaisons. Mais il est loin de se contenter de cela. En effet, il est également le vecteur de divers maladies. Il décroche même la palme du règne animal pour ce qui concerne le nombre de morts causé chez l’être humain. Il n’est donc sans doute pas illégitime de se poser la question de son utilité sur terre. Au-delà des dégâts qu’il inflige à l’homme, le moustique a-t-il une réelle utilité pour la nature ? Plus encore, celle-ci pourrait-elle surmonter sa disparition ?Si piqûres, rougeurs et démangeaisons vous rendent fous, attendez de lire ce qui suit sur ces maudits moustiques. Le constat sanitaire qui leur est directement imputable est conséquent.

    Paludisme : une hécatombe directement imputable au moustique

     

    Le paludisme (ou malaria) que transporte le moustique aurait tué la moitié des personnes qui ont déjà vécu sur Terre ! Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le moustique infecté, Anopheles gambiae, serait responsable de 7 millions de morts par an. Transmis par les moustiques ­anophèles, le ­paludisme tue 1 000 enfants par jour…

    Deux autres espèces, Aedes aegypti et Aedes albopictus, sont les principaux vecteurs des virus de la fièvre jaune, de la dengue, du chikungunya ainsi que de la fièvre Zika. Cette dernière a récemment été déclarée «urgence de santé publique de portée mondiale» par l’OMS. En effet, on estime de 3 à 4 millions de cas déclarés cette année dans les Amériques. Au final, on arrive à ce constat :

    Une seule créature tue plus d’hommes que l’homme lui-même, c’est le moustique.

    Mais alors, y a-t-il une seule raison de ne pas souhaiter la disparition totale des moustiques ? C’est vrai que de prime abord, on serait tenter de croire que les moustiques ne sont là que pour nous dévorer…

     

    Bien sûr, comme vous vous en doutiez peut-être, leur omniprésence dans notre environnement est loin d’être inutile. On peut même distinguer plusieurs points positifs à leur existence. Et bien oui en fait, comme d’habitude : Dame Nature n’as rien laissé au hasard !

    Quand les moustiques ne sont pas que de vilains suceurs de sang humain    Au sein de la chaîne alimentaire, les moustiques servent de nourriture à de nombreuses espèces, comme les poissons, oiseaux, reptiles, insectes. Au stade de larves, ils sont gobés par des invertébrés aquatiques, des batraciens et des poissons. Puis, adultes, ils constituent les mets de prédilection d’oiseaux, de chauve-souris, de grenouilles, d’araignées, de lézards ou de libellules.Les moustiques nourrissent beaucoup de prédateurs et c’est donc sur eux que repose une partie de la chaîne alimentaire. Le moustique est ainsi l’aliment principal des oiseaux migrateurs, lors de leur passage dans la toundra. Si ce plat de prédilection venait à manquer, Bruce Harrisson, entomologiste au Ministère de l’Environnement et des Ressources Naturelles en Caroline du Nord, estime que :

    sans les moustiques  le nombre d’oiseaux chuterait de plus de 50 % !

     Ils dépolluent les écosystèmes aquatiques

    Les scientifiques ont démontré que les larves de moustiques jouent un rôle de filtre dans les écosystèmes aquatiques. Elles s’y nourrissent de déchets et de micro-organismes. En effet, les larves se développent dans l’eau, pour se nourrir et grandir, elles filtrent cette eau. Se faisant, elles la débarrassent des bactéries qui s’y trouvent, contribuant ainsi à nettoyer et dépolluer notre environnement.

     Les moustiques participent donc au cycle de l’azote, en intervenant dans la première étape de décomposition de l’azote organique en azote minéral. Ils filtrent les eaux et évitant ainsi l’eutrophisation des milieux, qui est une forme singulière mais naturelle de pollution de certains écosystèmes aquatiques, qui se produit lorsque le milieu reçoit trop de matières nutritives et que celles-ci prolifèrent.

    Ils sont de petits pollinisateursContrairement à ce que l’on croit le moustique ne se nourrit pas vraiment de sang. Sur les 3 500 espèces répertoriées, seulement 6% piquent effectivement les humains. Et dans ces 6%, seules les femelles ont un régime hématophage, piquant voracement à travers la peau pour sucer le sang de leur victime. Et elles ne le font pas pour se nourrir, mais pour apporter des protéines à leurs œufs pour qu’ils parviennent à maturation.

    Lors d’un « repas sanguin » complet, une femelle moustique peut prélever jusqu’à 10 microlitres de sang. Parmi les différentes espèces recensées ont distingues :

    les moustiques anthropophiles, attirés par l’homme ,les mammophiles, attirées par les mammifères les batracophiles, qui s’attaquent aux batraciet enfin les herpétophiles, qui font des reptiles leurs proie les ornithophiles, attirées par les oiseaux

    En réalité, le moustique a besoin de sucre pour voler. Et c’est là qu’il est utile à son environnement. Il passe donc de fleur en fleur pour en récupérer le sucre. C’est ainsi qu’il va polliniser les plantes et permettre leur fécondation. Il est admis que les moustiques participent au même titre que d’autres insectes, à la pollinisation des végétaux.

    Aucune de ces espèces n’est irremplaçable. Leur disparition pourrait être compensée par l’arrivée d’autres insectes, tels les chironomes (fiche Wiki), qui profiteraient de l’espace ainsi libéré, car la nature a horreur du vide (…) On ne connaît pas de prédateur qui dépende spécifiquement des moustiques.

    Quoi qu’il en soit, une éradication totale du fléau moustique relève de l’utopie. Frédéric Simard affirme :

    Ils étaient là bien avant nous sur Terre, ils n’ont jamais cessé de s’adapter et ils ne sont pas menacés par l’érosion de la biodiversité. On peut tout au mieux tenter de contrôler les moustiques qui transmettent des maladies, afin qu’ils ne représentent plus un problème de santé publique.

    A quoi servent ces maudits moustiques piqueurs et vecteurs de maladies.A quoi servent ces maudits moustiques piqueurs et vecteurs de maladies.

    A quoi servent ces maudits moustiques piqueurs et vecteurs de maladies.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    9
    Jeudi 2 Août à 11:55

    Julia je ne sais pas si je t'ai déjà expliqué qu'un jour j'avais une cheville de bois!

    Elle avait enflé et était toute dure, et on aurait dit un morceaux de bois!

    J'ai fait tous les examens possible...et rien!!!!

    Et en allant chez mon ostéopathe pour mon dos, il a regardé ma cheville et a trouvé du côté de mon foi une pompe qui régularise pleins de circulations du sang qui était déplacé.

    Il me l'a remis en place, très délicatement et depuis je n'ai plus rien, ma cheville est revenu normal!

    Un miracle...

    Je te dis çà, parce que je pense à ton mari et ces soucis de jambes...

    j'espère de tout coeur que cela ira.

    Je t'embrasse fort, te souhaite plein de courage.

    Amicalement.

    8
    Dimanche 29 Juillet à 11:29

    Je profite de ce dimanche pour rattraper le temps perdu sur vos blogs. Celui-ci, dusse vous faire rougir, est très instructif : Je suis de ceux qui pensent qu'il n'y a pas d'animaux, insectes, plantes ou bactéries nuisibles. Le vivant ne peut vivre qu'en se nourrissant du vivant. Pas plus que nous, le moustique n'est pas responsable de sa naissance. Il est parmi d'autres insectes, la nourriture principale des hirondelles. 

    Bon dimanche. Bisous.

    Hugues

    7
    Mercredi 25 Juillet à 17:38

    BonjourJulia,

    Comme je n'ai pas trouvé de nouvel article, en passant, je me mets ici pour te souhaiter une bonne fin de semaine, chaude très certainement, comme chez nous (Grand Est) ... c'est pratiquement insupportable et je ne quitte pas la maison.

    A plus tard.

     

    6
    Jeudi 19 Juillet à 06:51

    C'est fou comme il y en a cette année !!! 

    Bonne journée Julia gros bisous !

    5
    Mercredi 18 Juillet à 09:28

    Bonjour Julia

    tout a sa raison d'être sur terre, que ça nous embête ou pas, chacun joue son rôle

    belle journée

    4
    Samedi 14 Juillet à 16:53

    Bonjour Julia,

    C'est pour toutes ces raisons que tous, nous applaudissons, ces sympathiques moustiques qui nous environnent !

    Merci pour tous ces renseignements, au moins, maintenant on sait pourquoi on se fait piquer winktongue

    Bonne fin de week-end Julia.

    3
    fidèle lectrice,
    Vendredi 13 Juillet à 21:34

    bonsoir julia, oui le moustique  tigre gagne du terrain il monte   du sud vers bretagne, a l est aussi, pas de traitement pour, les gens dans les bagages  aussi, ils pullulent partout, les aoutats quelle peste ça démange on ne les voit pas  a l oeil dans les herbes sèches, les haricots, le taon, les puces moi me faisait piquer radical j ai mis un bon collier a la   chatte,  ça  fonctionne elle ne se gratte ni moi,  si on  va dans les prairies   pantalons, chaussettes meme un répulsif, les tiques plus dans les fougères je ne vais plus en campagne,  il y a des animaux la c est sur des mares, ne pas laisser  de l eau stagnée non plus au jardin, sans compter les frelons asiatiques sur le sol français depuis 2005 venus dans des cargaisons de légumes, je préfère les les demoiselles ou libellules, il fait super beau temps, de l air aussi, bonne   soirée, bise,@plus tard, kénavo.

    2
    soso
    Vendredi 13 Juillet à 17:05

    Le moustique ? Il aide à remplir les caisses des pharmacies et supermarchés !

    LOL

    Bisou

    1
    Vendredi 13 Juillet à 14:04

    Bonjour Julia

    Je déteste ces bestioles , on se fait mitrailler ces derniers temps , c'est horrible cry!

    Je suis en pause d'été jusqu'au 3 septembre , on se retrouve bientôt.

    Bon après-midi et bel été à toi . 

    Gros bisous



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :