• Extraordinaire poisson-clown.

    PEU de poissons nous captivent autant que le poisson-clown. Peut-être est-ce dû à ses couleurs époustouflantes qui rappellent celles des clowns dans les cirques. Ou peut-être sommes-nous étonnés parce qu’il choisit d’habiter au beau milieu des tentacules urticants des anémones de mer. D’ailleurs, dans certaines langues, le poisson-clown est aussi appelé le " poisson-anémone ". 

    Tels des acteurs hollywoodiens, les poissons-clowns se laissent facilement photographier. Comme ces poissons s’éloignent rarement de leur habitation et qu’ils ne sont pas particulièrement timides, les plongeurs ont de grandes chances de les voir « prendre la pose ». Mais ce qui fait du poisson-clown un animal extraordinaire, c’est son mode de vie qui semble des plus dangereux. On pourrait penser que vivre au milieu de tentacules empoisonnés, c’est comme s’installer au milieu d’un nid de serpents. Pourtant, le poisson-clown et l’anémone dans laquelle il a élu domicile sont inséparables. Comment cette étrange association est-elle possible ? Et qu’est-ce qui fait sa réussite ?

    JE NE PEUX PAS VIVRE SANS TOI

    Comme dans la plupart des collaborations efficaces, les poissons-clowns et les anémones s’entraident. Pour le poisson-clown, l’aide qu’il reçoit n’est pas seulement pratique, elle est aussi vitale. Des chercheurs en biologie marine confirment que les poissons-clowns ne peuvent pas vivre à l’état sauvage sans une anémone hôte. Ce sont de piètres nageurs qui, sans la protection de l’anémone, seraient à la merci de prédateurs affamés. Mais en utilisant l’anémone comme hôte et comme refuge en cas de menace, le poisson-clown peut vivre une dizaine d’années.

    L’anémone offre au poisson-clown un lieu sûr où faire son nid ainsi qu’un endroit où habiter. Il dépose ses œufs au pied de l’anémone hôte, après quoi les deux parents veillent attentivement sur eux. Toute la famille nagera ensuite à proximité de cette même anémone.

    Que retire l’anémone de cette collaboration ? Le poisson-clown lui sert de garde du corps ; il tient éloignés les poissons-papillons, qui aiment se nourrir de tentacules d’anémones. Au moins une espèce d’anémone ne peut pas vivre sans poisson-clown. Quand des chercheurs ont retiré les poissons-clowns de ces anémones, en seulement 24 heures, celles-ci ont complètement disparu, apparemment dévorées par les poissons-papillons.

    Le poisson-clown fournirait même de l’énergie à son hôte. L’ammonium qu’il excrète stimule la croissance de l’anémone. Et en nageant au milieu des tentacules, il favorise la circulation d’une eau riche en oxygène autour de l’anémone.

    S’AVENTURER LÀ OÙ D’AUTRES CRAIGNENT DE NAGER 

    Ce qui protège le poisson-clown de l’anémone se situe à la surface de sa peau. Celle-ci est recouverte d’un mucus qui le protège des piqûres. Il semble que, grâce à cette pellicule chimique, l’anémone considère le poisson-clown comme l’un des siens.

    Certaines études donnent à penser que, quand il choisit un nouvel hôte, le poisson-clown doit passer par une phase d’adaptation. On a observé que, lorsqu’il cherche à s’associer avec une nouvelle anémone, il la touche à plusieurs reprises pendant quelques heures. Ces contacts répétés permettent sans doute au poisson-clown de modifier sa pellicule protectrice pour s’adapter au poison spécifique de la nouvelle anémone. Il est possible qu’il se fasse légèrement piquer au cours de cette phase. Mais quand celle-ci est terminée, ils vivent tous deux en très bonne entente.

    La collaboration entre des créatures si différentes illustre de façon fascinante le travail en équipe. Pareillement, des humains d’origines et de cultures différentes obtiennent souvent des résultats remarquables en mettant en commun leurs moyens et leurs compétences. Comme les poissons-clowns, peut-être aurons-nous besoin d’un peu de temps pour apprendre à travailler avec d’autres personnes, mais les résultats en valent la peine.

    Extraordinaire poisson-clown.Extraordinaire poisson-clown.

    Extraordinaire poisson-clown.

    Extraordinaire poisson-clown.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 28 Janvier à 09:48

    Ton article est passionnant !! Et oui, nous ferions bien de prendre exemple sur la nature : faune et flore ... Mais l'être humain est bien trop imbu de sa personne ... C'est mon triste constat !!

    Tout cela est fascinant ma Julia !! J'aime !! Une fois de +, je te dis merci pour ce post !! poisson-clown et anémone ... j'étais loin de me douter de tout ce que tu as écrit ...

    Très gros bisous et bon dimanche !!

    Josy



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :