• Nous sommes au XXIème siècle,

    "nous sommes européens mais certains d’entre nous sont des esclaves." »

    Jamais il ne m’était passé par la tête que je pourrais être vendu », témoigne Dario après avoir échappé en 2013 à un réseau d’esclavage. Ce roumain père de deux enfants et sans travail avait rencontré Fábio en Roumanie et celui-ci lui avait proposé un travail agricole à l’étranger. Un bus l’amènerait au mois d’Octobre, lui et 50 autres compatriotes, dans la région de Serpa, au Sud du Portugal pour la récolte des olives, moyennant un salaire journalier de 30€. Alors Dario, comme beaucoup d’autres, s’est engagé, parce qu’en Roumanie trouver du travail ce n’est pas facile, encore moins en hiver, et parce qu’en Roumanie 30€, c’est pas mal de choses. Au final, il s’est avéré que Fábio n’était pas un employeur mais membre d’un réseau de mafieux sans scrupules, des négriers du XXI ième siècle. Au final, pas de salaire payé mais des dettes, pour le remboursement du transport, du logement, de la nourriture. Au final, des menaces, des coups, la peur, la faim et les champs d’oliviers comme prison. Au final Dario n’était pas un être humain jouissant de droits fondamentaux et dont le travail mérite salaire, au final Dario était un esclave des temps modernes, comme 29 millions d’autres esclaves dans le monde

    L’esclave n’a aucun droit, il a le droit de vivre et de travailler. Il n’a rien en fait.»

    je suis Fière d’être  une

    européenne, humaine

    cette forme de vie si imparfaite, si problématique parfois, et si complexe, si géniale, si intelligente parfois.

    Je ne jette pas le bébé avec l’eau du bain à cause de ses imperfections.

     Nous sommes au XXIème siècle,


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :