• Raclettes, tartiflettes, fondues... On mange généralement plus gras en hiver que le reste de l’année.Une mauvaise idée, car cela handicape l’organisme dans son combat contre le froid et ses conséquences. Une nourriture trop riche nécessite en effet la production supplémentaire d’enzymes pour la digestion.

    Ces efforts fatiguent le corps et lui laissent moins d’énergie pour combattre les rhumes et maladies, fréquents en hiver. De plus, les confiseries et chocolats de Noël, des produits industriels transformés, contiennent généralement beaucoup de graisses et de sucres ajoutés.

    Consommés en excès, ils perturbent la flore intestinale, et abaissent la résistance du corps aux bactéries, présentes en nombre dans les espaces confinés où l’on s’abrite du froid. A contrario, les soupes permettent de manger des légumes, tout en hydratant le corps, souvent asséché par les chauffages intérieurs.

    JOURNAL cnews matin

    Faut-il manger plus gras quand arrive le froid ?

    Faut-il manger plus gras quand arrive le froid ?


    4 commentaires
  • Cette semaine le thermomètre affiche des températures hivernales. Un climat qui tentera la plupart de choisir des plats roboratifs en guise de menu au prétexte que notre corps doit accumuler des réserves en graisse afin d’affronter le froid. Grossière erreur.

    Raclettes, tartiflettes et autres fondues n’aident absolument pas nos organismes à lutter contre le froid. Pire, avec la charcuterie, ces plats sont gorgés de graisses saturées et comme nous faisons à priori moins d’exercice physique l’hiver, c’est la prise de poids assurée. Pour affronter le froid, il faut choisir en réalité des aliments capables d’aider notre organisme à se réchauffer tout en veillant à conserver une alimentation équilibrée.

    Des soupes de légumes

    Boire des soupes est, n’en déplaise aux enfants, le meilleur moyen de réchauffer son corps et de s’hydrater, ce qui n'est pas inutile dans la mesure ou froid polaire ou pas, il faut boire 1,5 litre d'eau par jour. Mais attention, il y a soupe et soupe. Une bonne soupe de légumes demeure ce qui fait de mieux. Elle contiendra idéalement des sucres rapides et des sucres lents. Par exemple, les carottes et les navets, des sucres rapides, doivent être mariés avec des sucres lents comme les poireaux et les oignons.

    Des fruits secs

    Se gaver de fruits secs, comme des raisins, des abricots ou des pruneaux, est une excellente manie quand la rigueur de l'hiver est là. En effet, ils sont très riches en minéraux et passent pour être de véritables remèdes anti-froids. La consommation d'oléagineux, comme des amandes, des noix, des noisettes ne fera pas de mal non plus, bien au contraire, avec tous leurs oméga 3.

    Des plats mêlant sucres lents et protéines

    Consommer des sucres lents avec des protéines permet de fournir à un mix énergétique idéal à notre corps afin qu’il régule sa température à court et long terme : pâtes, riz, lentilles, pois chiches et pommes de terre, viandes et poissons permettent ainsi de composer des recettes rapides et idéales pour affronter le froid comme des pâtes au saumon, un bon risotto, des papillotes de sardines ou plus simplement des pommes de terre au four...

    Mais si les protéines (elles sont légions dans les viandes, poissons, laitages et œufs mais aussi dans les légumes à feuilles) ont l'effet thermique le plus élevé comparativement aux glucides ou aux lipides, certains nutritionnistes recommandent néanmoins de privilégier un mariage des féculents avec des légumes. La soupe n'est pas loin...

    Des fruits et des crudités en quantité

    Manger des crudités et des fruits, même en hiver c’est nécessaire. Certes, aux premiers abords, pommes, bananes, cresson et brocolis ne semblent pas être les plus à même de nous réchauffer. Et pourtant des salades d’agrumes, un kiwi sur le pouce ou encore du chou permettent de faire le plein de vitamine C. Parfait pour faire face à des petites fringales dans la journée.

    Les boissons chaudes, comme les tisanes viendront également réguler la température du corps. En revanche, oubliez l’alcool. S’il donne la sensation de réchauffer rapidement, il faut garder à l’esprit qu’en plus d’être très calorique, il ralentit le rythme cardiaque et donc accélère le froid.

    Du thé et du café (avec modération)

    Le café et le thé peuvent s'avérer être de bonnes options pour activer la thermogénèse, c'est-à-dire la production de chaleur dans le corps, à condition toutefois de ne pas exagérer sur les quantités. Ces deux boissons peuvent en effet faire augmenter chez certaines personnes sensibles le taux d'hormones du stress. À boire avec modération donc, d'autant que, selon une récente étude, les consommateurs modérés de café auraient moins de risques de mourir tôt que les autres.

    CNEWS MATIN

    Que faut -il manger quand il fait froid ?

    Que faut -il manger quand il fait froid ?


    votre commentaire
  • n'allez pas me croire ,j'ai du mal a avancé  depuis ce matin ,mais je me suis forcer ,je suis allée faire mon tour quand même à vélo , dur dur ,j'étais noyer  de sueur  arrivé chez moi  , je me déshabille ,j'ai manger  ,la suis suis froide et NON pas encore morte ,bizarre tout de même  ,car c'est comme ci je n'avais rien eu ,donc d’après  moi les diables ont voulu me donner  la maladie et surement "Dieu "a intervenu pour qu'ils  arrête de m’embêtè , car il y a des personnes  de ma famille qui ont besoin de moi RIREEEEEE ,je ne trouve pas d'autre explication .Ben !!!j'ai le droit de divagué  .

    Vous

    Vous


    4 commentaires
  • je  vais avoir la grippe ,c'est en route depuis hier soir ,ce matin tout me lâche courbature sueur les jambes qui flanche ,j'aime pas ça .Quatre années que j'étais tranquille .

    A bientôt au ca ou .

    Je crois Je crois Je crois


    2 commentaires
  • De l’eau-de-vie, un armagnac ou une liqueur… 

    Les repas en famille ou entre amis s’achèvent

    parfois avec un digestif, qui permettrait de mieux digérer.

     Or, contrairement à ce que son nom laisse imaginer,

    ce verre est loin d’aider à assimiler les mets

    particulièrement riches. Dès qu’il dépasse les 20 °,

    l’alcool nuit au processus. Passant directement dans le sang,

    il bloque en effet la production par l’estomac d’une enzyme, appelée la gastrine. 

    Cette dernière stimule habituellement la sécrétion

    des sucs gastriques, qui permettent de transformer

    les aliments avant leur passage dans les intestins. 

    Résultat : le transit est ralenti.

    Selon les études scientifiques, la digestion prendrait

    ainsi neuf heures pour un buveur de digestif,

    contre six pour une personne qui n’a consommé

    que de l’eau pendant le repas.


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires