• Sachez reconnaitre les étoiles

    QUI de nous ne s’est émerveillé par une nuit claire du spectacle des astres qui brillent dans le firmament ? Sauriez-​vous reconnaître quelques étoiles ou les principales constellations ? Ou bien avez-​vous renoncé à vous y retrouver dans cet amas apparemment confus de points lumineux qui scintillent dans le ciel nocturne ?

     Le déplacement des étoiles sur la voûte céleste rend la tâche plus compliquée que lorsqu’on prend des repères au sol ; néanmoins leur mouvement apparent durant la nuit et tout au long de l’année est régulier. Il s’explique par la rotation de la terre autour de son axe ainsi que par sa révolution autour du soleil.

     Vous plairait-​il d’apprendre à reconnaître quelques étoiles et à les identifier ? Dans l’hémisphère nord le mieux est de commencer par la Grande Ourse ; elle se reconnaît par groupe de sept étoiles bien visibles qui ressemble à une casserole dont le manche incurvé serait dessiné par trois étoiles, tandis que les quatre autres formeraient le récipient proprement dit. On appelle aussi ce groupe le Grand Chariot, nom approprié si l’on en juge par la figure que forment ces astres.

     Sur la voûte céleste les étoiles se groupent en constellations décrites depuis la plus haute antiquité sous forme de personnages, d’animaux ou d’objets. Par exemple, comme nous l’avons vu, le “Grand Chariot” fait partie de la “Grande Ourse” ou “Ursa Major”. Les astronomes divisent ainsi le ciel en quatre-vingt-huit constellations dont un profane distingue près de la moitié.

    Bien que cela semble difficile à première vue, quelques minutes suffisent pour identifier en deux ou trois soirées la plupart des étoiles et des constellations représentées sur une carte du ciel. Puisque c’est très simple, voulez-​vous essayer ?

    Le ciel d'été

    Nous allons commencer par trouver l’étoile polaire à partir de la Grande Ourse. Cherchons d’abord la Grande Ourse vers le nord par une claire nuit de printemps, d’été ou d’automne.

    Tracez à présent une ligne imaginaire entre 2 et 1 et prolongez-​la de cinq fois sa longueur ; vous trouverez alors l’étoile polaire dans la constellation de la Petite Ourse (le Petit Chariot). De cette étoile polaire vous reconstituerez par symétrie le contour du Petit Chariot. À l’opposé de la Grande Ourse par rapport à la Polaire, et sensiblement à la même distance angulaire, se trouvent cinq étoiles brillantes qui forment un “W” très ouvert ; c’est Cassiopée.

    Un soir il sera intéressant de regarder ces trois constellations pendant quelques heures. En raison de la rotation de la terre sur elle-​même, vous verrez la Petite Ourse s’incliner autour de l’axe formé par sa queue, et la Grande Ourse et Cassiopée tourner autour de la Polaire en sens inverse des aiguilles d’une montre.

    Si c’est l’été, la Grande Ourse, queue en l’air, se trouvera à l’ouest de la Polaire et elle vous indiquera un autre chemin dans le ciel, en prolongeant de sa longueur la queue incurvée, vous arriverez à une belle étoile de teinte orange. Arcturus, dans la constellation du Bouvier. Prolongez toujours votre ligne courbe et vous trouverez une étoile isolée et brillante, symétrique par rapport à Arcturus : l’Épi, dans la constellation de la Vierge.

    Revenons à présent à la Grande Ourse et traçons par les étoiles 1 et 4 une droite qui passe par Arcturus. En la prolongeant assez haut dans le ciel on découvre la magnifique constellation du Scorpion et une étoile supergéante rouge au centre : Antarès. Cette constellation se prolonge vers le sud par une longue queue recourbée à son extrémité, aussi la compare-​t-​on souvent à un cerf-volant dont la queue flotterait au vent. Antarès est l’une des plus grosses étoiles connues. Si son centre était confondu avec celui du soleil, elle emplirait tout notre système solaire jusqu’à l’orbite de Mars et notre planète se trouverait dans la masse d’Antarès.

    Repartons de notre Grande Ourse et traçons par 3 et 4 une nouvelle voie en direction de l’est ; elle nous amène à Déneb, dans la constellation du Cygne, au sommet d’une croix délimitée par six étoiles, dont l’une, sur la branche supérieure, éclaire faiblement.

    En cherchant Déneb, nous sommes passés près d’un astre encore plus lumineux de la constellation de la Lyre, Véga, avec lequel Déneb forme un triangle dont le troisième sommet est une autre étoile brillante de la constellation de l’Aigle, Altaïr, encadrée par deux étoiles moins visibles.

    Nous arrivons au bout de nos peines ! Dans quelques minutes vous aurez appris à connaître toutes les étoiles et constellations importantes visibles pendant l’été. Une fois que vous les aurez bien en tête, vous ne devrez plus partir à chaque fois de la Grande Ourse pour les retrouver. Leurs formes particulières et uniques dans le ciel vous permettront de les reconnaître au premier coup d’œil : le “W” ouvert de Cassiopée, le cerf-volant du Scorpion, Déneb au sommet de la croix, Véga d’après le triangle, etc.

    À présent que vous avez fait connaissance avec ces constellations, vous les regarderez de temps en temps dans le ciel. À l’automne, elles se déplaceront vers l’ouest pour finir par disparaître l’une après l’autre derrière l’horizon. Puis, l’hiver venu, vous verrez apparaître à l’est de nouveaux groupes d’étoiles que vous pourrez identifier à l’aide du second croquis de cet article.

    Sachez reconnaitre les étoiles

     

    Le ciel en hiver

    À la fin de l’hiver la Grande Ourse est à l’ouest de la Polaire, la queue tournée vers le bas. Une ligne passant par 4 et 3 indique la constellation du Lion, en forme de faucille dont le manche se termine par Régulus. Une autre ligne tracée de 4 à 1 se prolonge dans la Chèvre, entourée de ses trois Chevreaux. L’axe passant par 3 et 2 aboutit à Aldébaran, dans la constellation du Taureau, au sommet d’un amas ouvert en forme de “V” oblique : les Hyades. Sur une branche du “V” se trouve un amas d’étoiles de peu d’éclat, les Pléiades, appelé aussi “la Poussinière”, que certains comparent à un petit chariot. En tout cas, si vous n’avez jamais observé les Hyades ou les Pléiades à la jumelle, attendez-​vous à faire une agréable découverte.

    Une diagonale tracée de 4 à 2 vous conduit aux Gémeaux : Castor et Pollux, son frère légèrement plus brillant. Sur une ligne passant par 5 et 4 et laissant de côté les Gémeaux, vous trouverez l’une des constellations les plus remarquables, Orion, le géant chasseur, délimitée par un quadrilatère dont le sommet supérieur est Bételgeuse, étoile géante rouge, comme Antarès, et une étoile blanche située au sommet opposé, Riga. Dans ce quadrilatère, trois étoiles alignées marquent la Ceinture ou Baudrier d’Orion et s’orientent vers la constellation du Grand Chien où se trouve Sirius, la plus belle étoile du ciel. Procyon brille dans la constellation du Petit Chien, à mi-chemin entre Sirius et les Gémeaux.

    Le croiriez-​vous ? nous avons déjà vu le tiers des constellations principales et plus de la moitié des étoiles de première et de deuxième grandeur visibles dans l’hémisphère boréal. Un petit conseil néanmoins : Il peut arriver qu’en suivant ces repères sur la voûte céleste vous rencontriez un astre brillant qui n’a pas été indiqué. C’est une planète, telle que Jupiter, Vénus et même Mars ou Saturne, qui sont parfois plus brillantes que les étoiles fixes. Ainsi Jupiter se trouvera à mi-chemin entre Aldébaran et les Gémeaux durant l’hiver 1977-​1978, et Saturne sera alors près de Régulus.

    Avez-​vous déjà visité un planétarium avec votre famille ? Maintenant que vous connaissez un peu les astres, vous trouverez le spectacle très intéressant, quel que soit votre âge. Dans beaucoup de grandes villes les planétariums présentent un film qui commence le plus souvent par une projection de la voûte céleste, qui s’accélère ensuite pour montrer le mouvement apparent des étoiles. Vous pourrez aussi vous offrir une carte du ciel ; elle vous permettra, pour un prix modique, d’identifier d’autres étoiles et d’autres constellations. Si jamais vous voyagez dans l’hémisphère sud, ne manquez pas de faire connaissance avec le ciel austral.

    Savoir repérer les étoiles et les constellations visibles à l’œil nu ne peut que nous remplir de gratitude envers le Créateur pour sa sagesse et sa puissance, lui qui a placé les étoiles dans le firmament pour refléter sa gloire et nous réjouir des merveilles de sa création. Si nous sommes satisfaits de connaître quelques constellations et quelques dizaines d’étoiles, n’oublions pas qu’il y en a des milliers que nous ne voyons pas, alors que Dieu , lui, les connaît toutes par leur nom. Vous vous rendez compte ?

    Sachez reconnaitre les étoiles

     

     

    « La sience et vous ..L'homme le grand ( ir )responsable »

  • Commentaires

    3
    Samedi 11 Juillet à 15:16

    Bonjour Julia,

    De retour, je suis heureux de me retrouver la tête dans les étoiles…. Histoire de parler, car hélas ! à cause de la pollution nocturne de nos lampadaires, à Allevard, à part la Lune, tous les astres sont devenues invisibles. En étoiles, ce n'est pas en milliers, mais en milliards qu'il faut les compter, 'ce qui est impossible, notre vie étant trop courte . Quelques 200 milliards rien que dans notre Galaxie, et autant dans les autres milliards de Galaxies ! L'autre jour, ayant adimiré la nébuleuse de l'aigle proposée par ciel des hommes, j'ai voulu calculer de combien de km environ nous séparaient d'elle. Elle se trouve à 7000 ammées lumière... En parcourant 300.000 km à la seconde , il faut mulltiplier par 60 pour trouver le kilométrage en une minute soit 18 millions de km si je ne me trompe pas, et en une heure 18 millions x 60= 1080.000.000 x par 24 pour une journée x 365 pour une année ouf je renonce car il faut multiplier ce résultat par 7000 !  Instantanément, Gool calcule  7000 années lumière = 6,6225e+16. (Je ne sais pas traduire ! Sans doute y-t-i un nombre effrayant de 0.... Tu n'as pas mal à la tête ? Moi si. Bon dimanche quand même et gros bisous. Hugues

     

    2
    Jeudi 9 Juillet à 10:54

    petit coucou du matin

    guerre mon habitude ,

    ais là ,les coups de fils n'arrette pas

    et oui c'est mon anniversaire ,,donc reste pour répondre .

    autrement beaucoup de travail au dehors

    rentre tard le soir et suis vannée

    va faire très chaud 33°

    bon c'est l'été ,alors c'est super

    passe une bonne journée

    t'embrasse

    Fleur Nature Fleurs D'Été - Photo gratuite sur Pixabay

    1
    Mardi 7 Juillet à 10:34

    Coucou et bonjour Julia !

    Il n'y a plus qu'à lever la tête et admirer les étoiles !

    Suis un peu occupée en ce moment ... merci pour tes petits mots chez moi, je ne vous oublie pas  wink2

    Bises amicale et bonne semaine Julia.

    Léone



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :